Quand le syndrome de l’imposteur sabote ton niveau de revenu

C’est un sentiment récurrent chez les entrepreneurs et plus encore chez les entrepreneuses. Ce satané syndrome de l’imposteur nous bouffe de l’intérieur et nous fauche la fierté de prendre pleinement notre place et nous sentir légitime dans notre domaine d’activité.

Pour celles qui n’ont jamais entendu parler, on peut décrire ce syndrome comme la sensation de tromper son entourage et une difficulté à s’attribuer le mérite de nos succès. On doute de nos compétences et lorsqu’on réussit, on l’accorde au trèfle à quatre feuilles cueilli dans un pré la veille 🙄 On vit avec l’angoisse qu’un jour on sera démasquée et que la vérité va éclater. Ce jour-là, ça sera la grosse té-hon de notre life !

Et évidemment, quand on ne se sent pas légitime, on se dévalorise et on commence à faire des choses bizarres : on accorde un discount avant même qu’on nous en fait la demande, on prolonge l’heure de coaching à 90 mn, on va troquer nos services ; pire encore, on ne se fait pas payer !!!

« Oui, mais si je demande trop l’argent, on va penser que je suis vénale. Si je me fais trop payer, ça veut dire que je pète plus haut que mon fion. Si je demande plus, quelqu’un d’autre recevra moins ». Et c’est là que ton chiffre d’affaires décide qu’il est l’heure d’aller jouer au toboggan.

My darling, nier ton talent et ne pas te faire payer correctement n’est pas un acte d’humilité !

Tu n’as pas à te rapetisser pour accommoder les autres. Au contraire, tu dois t’ancrer et t’approprier ta valeur. Lorsque tu respectes ta valeur, les autres la respecteront aussi.

Laisse-moi te poser cette question; quel mal il y a-t-il à vouloir plus d’argent ? Tu es une bonne personne et tu proposes un super service ou produit. Les bonnes personnes n’ont-elles pas le droit d’avoir plus d’argent ? N’y a-t-il que les méchantes multinationales qui ont le droit de se faire de la thune et facturer plus ? Lâche-toi dans les commentaires et dis-moi ce que tu en penses !

author-sign

T'en penses quoi de cet article ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *